Posts à l'affiche

Sexualité: osez dire non!

Quarante ans après la révolution sexuelle, on pourrait être en droit de penser que la libération sexuelle des femmes a eu lieu et avec elle, la levée des derniers tabous, des dernières contraintes. Et pourtant, la notion de devoir conjugal existe encore, même chez les plus jeunes et mêmes si elles ne sont pas mariées!


Des rapports non consentis au viol


2020. Génération post #metoo. On pourrait se dire que cet article est totalement inutile. Malheureusement ce n’est pas le cas. Beaucoup de femmes et de jeunes filles, pourtant libres sur bien d’autres points, ne le sont pas réellement dans leur sexualité.


Une enquête menée par l’Express sur le consentement sexuel évoque le témoignage d’une jeune femme qui ne voulait pas avoir de rapports avec son partenaire.


"Il me plaisait, oui, mais sans vraiment me l'expliquer, je n'avais pas envie d'aller plus loin ce soir-là. Seulement voilà, lui n'a pas compris ou pas voulu comprendre. J'ai pourtant dit non, mais visiblement pas assez fort, puisqu'il est devenu insistant. Alors je me suis laissée faire, en me persuadant que ce n'était pas si grave.”

Il lui a fallu du temps pour comprendre qu’elle avait été victime d’un viol. Combien de femmes ont déjà accepté un rapport sexuel alors qu’elles n’en avaient pas envie?


Tout le monde peut donner la définition d’un viol et pourtant dans les faits, ce genre de rapport non consenti est toléré. Pourquoi?




Ne pas oser dire non pour ne pas blesser


Une des raisons pour lesquelles les femmes n’osent pas dire non alors qu’elles n’ont pas envie d’avoir un rapport sexuel relève de la peur de blesser. Beaucoup de femmes craignent qu’en déclinant les propositions sexuelles, leur partenaire aille voir ailleurs. Se joue ici la domination masculine dans l’inconscient collectif. L’homme doit voir ses besoins assouvis quel qu’en soit le prix. Quelques décennies de féminisme ne sont pas encore parvenues à éradiquer des siècles de domination masculine!


Les femmes ont besoin d’apprendre à prendre confiance en elles pour oser s’affirmer et affirmer leurs propres désirs. D'ailleurs, comme je le rappelle dans mon article, Oser dire non quand on est une femme, pourquoi est-ce important, cette faculté de s'affirmer est importante dans tous les domaines.


La peur de ne pas correspondre à la norme


Un deuxième enjeu est celui de la norme. Beaucoup de jeunes filles acceptent des pratiques sexuelles à contre cœur car elles pensent que c’est la norme et que par conséquent, si elles refusent, elles ne seront pas normales.


« La sexualité est devenue une question de performances, souligne le gynécologue et andrologue Sylvain Mimoun : nous sommes passés de l’interdit religieux à un diktat du plaisir tout aussi contraignant. Une norme en a remplacé une autre. » Et l’angoisse de ne pas y correspondre est toujours aussi prégnante.


Le corps de la femme est hypersexualisé et ces dernières ont l’impression qu’il faut être prêtes à tout pour ne passer pour une fille prude. Il existe un postulat tacite: si une femme n’est pas sexuellement attirante, elle n’existe pas. C’est faux bien évidemment. L’accès sans limite aux films pornographiques n’aide pas à la construction d’une sexualité saine chez les jeunes...et les moins jeunes.





Choisir la vérité pour une sexualité épanouie


Il est pourtant essentiel de se respecter et de respecter son corps et ses envies. Une sexualité épanouie, c’est un égoïsme partagé. Un échange entre deux partenaires qui sont à l’écoute de leurs propres envies et qui n’ont pas peur de les exprimer à l’autre. Si le couple est fondé sur le respect mutuel et la bienveillance, le dialogue peut se faire sans aucun problème.


Le non et la notion de consentement doit être enseigné aux enfants dès le plus jeune âge. Les filles doivent comprendre qu’elles n’existent pas seulement dans le regard de leur partenaire mais bien par elles-mêmes et que leur corps est sacré et leur appartient. Il faut leur expliquer également qu’elles ont le droit de dire non, à tout moment et que leur partenaire doit les écouter.


Les garçons doivent comprendre qu’ils doivent attendre le désir de leur partenaire, que non veut réellement dire non, et que les films pornographiques ne représentent pas la réalité.


On entend encore que l’homme a “plus de besoins que les femmes”. Mais est ce bien vrai? Rien ne prouve qu’il y ait une différence entre les hommes et les femmes. Rien ne nous dit que les hommes auraient ces fameuses pulsions si difficiles à refréner. C’est un travail de reconstruction des modèles qu’il faut accomplir.


Savez-vous dire non?

Pour le découvrir, je vous propose de répondre aux questions de mon quizz. Vous arriverez ainsi à vous situer et vous recevrez mes conseils et des pistes concrètes pour vous améliorer.

**************************************************************************

Cet article vous parle ?

Vous avez envie de me laisser un commentaire, de partager votre vécu, je serai ravie de vous lire et de vous répondre.

Vous pouvez aussi le partager sur vos réseaux ou l’envoyer à une amie.

Restons en contact !


Rejoignez ma communauté et les 10 000 femmes qui reçoivent chaque semaine mes conseils assortis d'une bonne dose d'inspiration :

cliquez ici : Je m'abonne

Suivez-moi sur les réseaux :

Groupe Facebook"Fière d'être qui je suis"

ou Instagram@catherineoberle

Catherine Oberlé

Fondatrice de l'Académie du Féminin

Auteure de "Domptez vos peurs et libérez votre Féminin"

Ma passion depuis toujours est de repousser les limites et de faire sauter les tabous.

Avec l'Académie du Féminin j'invite les femmes à reprendre leur pouvoir, à oser et à être fière d'elles.


Posts Récents
Archives
Rechercher par Tags
Retrouvez-nous
  • Facebook Basic Square
  • Twitter Basic Square
  • Google+ Basic Square

®AcademieDuFéminin, copyright 2020

Fait avec amour, audace et liberté ♡

On se suit ? 

Politique de confidentialité

  • LinkedIn - Black Circle
  • Facebook
  • Instagram